Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» La foire aux Pyrénées
Sam 9 Sep - 23:36 par Joachim.

» Le Bocage Vendéen.
Mer 12 Avr - 23:35 par Joachim.

» "Les Boucles de La Loire"
Lun 27 Mar - 15:55 par Joachim.

» La Cholet Pays de La Loire entre amis.
Dim 26 Mar - 23:00 par Joachim.

» Pays Basque en février.
Mar 21 Fév - 22:31 par Joachim.

» Le gâteau basque.
Mer 16 Nov - 16:23 par Joachim.

» 200 morbihannais.
Mar 27 Sep - 23:11 par Joachim.

» Les Flandres Charentaises Classic Cyclo.
Lun 19 Sep - 21:51 par Joachim.

» La Bernard Bourreau.
Mer 14 Sep - 19:23 par Joachim.

Galerie


Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Jeu 26 Déc - 0:38
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


Je suis revenuuuu....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je suis revenuuuu....

Message par joachim le Mer 3 Juin - 18:14

Presque entier pirat

Voilà une épreuve peu commune, même si j’avais un aperçu dans le genre sur Bordeaux-Paris ici les règles sont toutes autres, à commencer par la région et le parcours, allant chercher dans les moindres recoins des dénivelés extrêmes sans fléchage avec road-book, les engagés, au nombre réduit à une cinquantaine tout au plus mais des participants avec une préparation très pointue affairée par de véritables spécialistes, le no-drafting qui interdit de prendre le sillage d’un concurrent et donc de se relayer comme cela se pratique en cyclisme traditionnel, voilà tel était le menu pour ces 583 km à près de 10000 mètres de dénivelés. L’organisation oblige 7 postes de contrôles sur lesquels il est demandé de s’arrêter pour identifier son passage, note de l’horaire d’arrivée, signature, et heure de départ, ce qui fait immanquablement chuter la moyenne horaire, casse les jambes, et perturbe la marche psychologique. Les temps d’arrêts ne sont pas déduis du temps total, personnellement j’y ai laissé 27 minutes d’immobilisation.
Samedi 29 mai 2009, 9h30 premier départ avec la catégorie Grands Randonneurs (sans assistance) de Bédoin. Ils sont sur le papier au nombre de 22. Ce procédé implique qu’il n’y a personne pour les suivre tout au long du parcours, mais peuvent faire déposer leur ravitaillement et vêtements de rechange si nécessaire aux 7 postes de contrôles répartis tout au long de parcours, soit un poste tous les 83 km en moyenne, ils ont l’autorisation de se relayer, mais cela oblige à chaque poste des arrêts plus longs que nous. Leur principale difficulté aussi c’est la nuit niveau éclairage lors des descentes de cols^ !.... Ils n’ont bien évidemment pas à disposition des phares d’une voiture pour les guider.
Samedi 11h, c’est le départ des Ultras au nombre de 24 sur le papier dont 2 vélos-couchés. La vitesse est neutralisée en groupe de Bédoin à Malaucène avec déjà un col comme mise en jambe, le sympathique col de La Madeleine très agréable à rouler mais qui me fait comprendre que j’aurais peut-être du m’échauffer. Je n’avais en effet pas roulé depuis le critérium de Clisson disputé une semaine plus tôt pour me gonfler d’énergie et me doper de moral nécessaire lorsqu’on part rouler 24 heures et +, j’aurais aimé faire au moins une petite heure la veille mais je n’ai pas pu. Nous arrivons au pied du Ventoux et la course est lancée, nos véhicules assistants nous attendent un peu plus loin, et nous sommes tenus à ne pas rester directement dans le sillage des uns des autres, ce qui n’est pas très difficile vu l’inclinaison de la pente.
Pascal Bride, le 3ème de l’épreuve au final, place une première accélération progressive mais ‘vertigineuse’. Pourtant je grimpe le Mont à 14 km/h de moyenne, je ne suis pas à fond, mais faut pas délirer il reste plus de 20 heures de vélo, je suis alors en troisième position, arrive à ma hauteur Dominique Briand, son rythme est plus raisonnable, il me conseille au passage de lâcher du lest quand c’est dur et d’accélérer quand c’est plus facile, j’avais tendance à faire l’inverse, accélérer quand c’est dur et « récupérer » quand c’était facile, instinct de coursier ou l’on fait la différence quand c’est dur, sur le % je prenais naturellement quelques longueurs sur lui et sur les portions roulantes c’est lui qui me prenait quelques longueurs d’avances. A un moment sur un replat il m’a mit plusieurs mètres dans la vue tant il dégageait une grande puissance dans les reins, il montait assit les bras sur le guidon de triathlète, je me suis dis par ailleurs que j’allais peut-être un peu vite pour moi, par rapport au programme de l’épreuve, qu’il n’y avait aucun intérêt à s’accrocher du fait que l’on ne peut bénéficier d’aucun sillage à aucun moment, puis je partais tout de même dans l’inconnu, alors bien que je n’étais pas à 100% j’ai malgré tout levé le pied partout et admiré le paysage. C’est alors que Jean-Pascal Roux futur 2ème de l’épreuve me rattrape, passe le bonjour, mais je lui fais comprendre que je ne chercherais pas à l’accompagner, je laisse filer également, j’avais bien envie de faire le coureur mais c’aurait été très con de ma part. La série continue, je me fais passer et ce sera le dernier des Ultras à me doubler sur le Ventoux, le futur vainqueur de l’épreuve ! Frantz Vénier, un autrichien qui est dans le milieu une véritable pointure internationale, un bonjour également, mais celui-là va beaucoup plus vite que les autres en dégageant une force et une aisance déconcertante, celui-là à l’égal de Pascal je ne pense pas que j’aurais pu suivre longtemps même si je l’avais voulu, il y avait des bateaux à voiles, et des bateaux au kérosène au cours de cette ascension et tout au long de l’épreuve.
Arrivée au sommet, mon temps de montée 1h30 soit 14 km/h de moyenne, je prends le soin de mettre pied à terre pour enfiler le gilet, il faisait chaud mais dans la descente il fallait protéger le buste car il allait faire froid vu le choc thermique… Visiblement pas assez, j’ai froid, presque tout de suite, vraiment froid je sens mon corps se crisper. La descente vers Sault oblige à beaucoup relancer surtout avec un bon p’tit vent de face, je fais trop le coureur, après avoir eu très froid, une autre réaction apparait, celle-ci totalement inattendu : j’ai mal au genou :-o Ca ne m’était jamais arrivé de ma vie, je me dis que ça va passer, ça ne m’empêche pas de pédaler normalement. Sur le plat vent de face, 3 puis 4 coureurs dont Raymond me rattrapent, je suis étonné je suis à près de 30km/h instantanée et il reste encore 520 bornes. Visiblement il va falloir tenir compte que le niveau est vraiment relevé, le vent souffle et on allait l’avoir de face jusqu’au soir, je ne me suis pas affolé. Bien en a pris, moins de deux heures plus tard je les ai tous rattrapés-doublés-lâchés à mon tour. C’est vraiment une épreuve à part. En fait chaque partie montante me fait gagner du terrain sur mes « adversaires » directs, et sur chaque partie roulante j’en perds. Néanmoins dans les descentes j’emploie la position de Pantani, toujours très efficace, c’est comme ça que je reviens sur Raymond. Il n’est pas bien, ce n’est pas le pédalage que j’ai vu au départ, ce n’est pas le visage d’un coureur concerné par son affaire, il semble las dans le mouvement, le visage fatigué alors que nous n’avions pas 100 bornes, pas besoin de le connaître pour deviner que ça ne tournait pas rond. Plus tard je l’ai revu en voiture, il a fait un malaise « vagal » Je ne sais pas très bien ce que c’est mais j’étais rassuré qu’il me l’annonce lui-même. Comme quoi rien n’est acquit, on part pour 600 bornes et on est surprit d’être mal en moins de 100 bornes. Ca me rappelle une intervenante qui avait dit « Ce n’est pas parce qu’on a terminé Paris-Brest-Paris qu’on est assuré de terminer Bordeaux-Paris » C’est juste.

Pour moi tout va bien, mais mon genou m’inquiète, ça ne passe pas, pire ça s’aggrave… Ou vais-je… Jusqu’au km 150 j’étais parfaitement dans les temps mais devant la douleur aigue grandissante au genou je débranche un peu, l’entrée dans les Gorges du Verdon par Aiguines m’est un véritable chemin de croix, je perds beaucoup de temps. A hauteur de Trigance j’en parle sérieusement à mon assistance, je n’ai absolument pas l’intention d’abandonner, mais je n’étais pas sur de pouvoir aller au bout selon le gré de la mécanique du genou, le doute s’installe, ça fait chier physiquement mentalement je suis très bien, mais je ne peux pas appuyer sur les pédales, le plaisir est gâché, la performance également, l’ambition rétrograde définitivement, je suis déçu ou amer. Pourtant je rattrape des concurrents, livides, et ça me fait tenir, je me dis que la douleur au genou est finalement peu de chose, je n’avance pas mais je ne suis pas fatigué, visiblement il y a pire que moi, mon organisme est très bien alors je continue vaille que vaille, je pense à ceux que j’ai vu en équilibre sur le vélo, à ceux que j’ai vu assis sur le bas côté les yeux hagards, aller je me remotive, j’ordonne au genou de tenir de s’adapter de m’oublier ou je m’ordonne de l’oublier. A l’entrée des Crêtes la nuit tombe, je me masse la rotule au Synthol tout en roulant, et après basta. Quelle route spectaculaire, la descente est glaciale, dangereuse, piégeuse. Je manque d’emboutir une biquette en train d’uriner sur la route. Un léger vent de dos motive, je devrais le garder jusqu’au petit matin, hélas il n’est pas aussi fort que nous l’avions eu de face. La nuit s’écoule rapidement je gère comme je peux la douleur qui ne s’efface pas qui ne s’effacera jamais jusqu’à l’arrivée, mais j’ai fini par l’accepter. Au loin je vois les gyrophares qui correspondaient aux assistance des coureurs qui me précédaient, peut-être Dominique, peut-être Jean-Pascal, je n’en avais aucune idée.
Impossible de trouver le poste de contrôle au village de Céreste, il est 3 heures et quelques du matin. Pourtant le road-book précise bien poste de contrôle à Céreste, on cherche, nous ne savons quoi faire. Deux concurrents arrivent, cherchent aussi, un troisième encore et celui-ci averti qu’il a lieu hors de la ville quelques kilomètres plus loin ! Ah bon… Je n’ai pas bien compris sur ce coup là quelque peu inquiétant, mais il avait raison heureusement. Un sans assistance est là frigorifié, repart avec moi, une longue côte réchauffe, puis nous rattrapons un autre puis encore un autre. Le lever du jour approche. Ca y est lumière :- ) Dans le col de Mur l’un d’entre eux s’arrête, pour dormir appuyé sur un rocher, le deuxième monte au ralenti, le troisième reste avec moi, il joue le podium des sans assistance mais il est aussi ambigu que « perdu » Il ne sait jamais quelle route il faut prendre et compte sur moi pour lui ouvrir le chemin, puis sans assistance toute relative, son frère le suit à distance pour le ravitailler régulièrement, mais visiblement il n’arrive pas à lire correctement le road-book, alors il se sert de moi en lièvre.
Km 470 je connais le seul coup de barre réel du raid, je n’avance plus j’ai toujours mal au genou mais il y a longtemps que j’ai fais avec, non un vrai coup de barre, je pense ne pas avoir assez mangé durant la nuit, et la température s’élève nettement par rapport à la nuit. Un sans assistance arrive derrière. Celui qui « m’accompagne » depuis des heures essaye de prendre le large pour conserver son supposé podium, son frère l’épaule en ravito, mais ils se perdent lololol Le costaud derrière me passe en trombe, mais je le reconnais cela fait déjà 3 fois qu’il me passe en trombe, et à chaque fois je le redouble dans le village suivant, j’ai l’impression qu’il s’arrête à tous les villages. Moi je ne sais plus ou j’en suis dans tout ça, je me crois seul et brutalement un coureur du raid me dépasse du diable vauvert comme s’il n’avait qu’1h de vélo dans les jambes, impressionnant. Oui là je traverse une mauvaise passe entre Ménerbes et Bonnieux, là ou je pourrais passer 50x17 je débranche totalement, met 34x19 et j’attends que ça se passe en tournant les jambes. Dans la descente je me refais la cerise et au km 510 j’arrive au pied de la fameuse côte Ste Anne, ça grimpe par paliers, des passages à 18%, et l’interminable dernier kilomètre à 21% Bigre, je suis à 6km/h sur 34x25, j’ai l’impression d’avoir 53x12 et je ne peux pas aller plus vite, ouf ça passe mais juste. Au sommet ceux que je croyais devant moi sont derrière moi, ils étaient encore perdus.
Km 540 ça sent l’écurie mais nous entamons une route ou je maudis l’organisateur, une trentaine de kilomètres en ligne droite toute plate au cœur d’une dense circulation, ma voiture assistante gène, ça klaxonne, c’est chiant, on n’en voit pas le bout puis on fait des détours et encore des détours au lieu de joindre directement St Rémy de Provence, la pluie arrive et il est temps que ça se termine. 1h de ligne droite et plate ou visiblement tu gènes la circulation après 23 heures de selle, là j’en avais marre. Je me fais doubler par deux sans assistance qui se relaient, comme je n’ai pas le droit de prendre le sillage je laisse filer. Le moral reprend avec la vue sur les Baux de Provence, c’est magnifique et c’est vraiment la presque fin. Dans la descente j’y vais prudemment à cause de l’eau mélangée au gazole. Je franchis l’arrivée en 25h56 en étant le 7ème cycliste le plus rapide, ou le moins lent c’est selon le ressenti, le résultat me convient amplement. Si l’on déduit 27 minutes retenues aux postes de contrôles, les 4 arrêts pipi et étirement du genou, les erreurs de parcours ou j’ai du faire demi-tour, les moments arrêtés à réfléchir sur la destination, c’est en réalité 45 minutes de perdues, enfin sans douleur au genou c’est 1km/h de moyenne générale que j’aurais gagné. A la pédale sur ce parcours je pense valoir 24h15 heures. Si je ne peux rien aux arrêts obligatoires ils le sont pour tout le monde, néanmoins avec un genou normal je bouclais l’épreuve en 25 heures. Voilà le bilan d’une expérience pas comme les autres…

joachim

Nombre de messages : 471
Age : 45
Localisation : Montaigu
Date d'inscription : 16/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://joachim.garreau@neur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis revenuuuu....

Message par joachim le Mer 3 Juin - 18:14

Classement de l'épreuve:
Catégorie ULTRAS:

1: Franz VENIER (Autriche), 585 Kms en 21 h 26'
2: Jean Pascal ROUX (F. Team Scott Vélo 101),21 h 53'
3: Pascal BRIDE (F), 23 h 40'
4: laurent MOULINAU (F), 23 h 45'
5: Philippe DUMENIL (F), 24 h 05'
6: Dominique BRIAND (F), 24 h 06'
7: Joachim GARREAU (F), 25 h 56'
8: André IALENTI (F), 25 h 58'
9: Gilles DEFRANCE (F), 26 h 03'
10: Jens WINTER (Allemagne), 26 h 58'
11: Thierry SAINT LEGER (F), 27 h 10'
12: Igor CASIMIR (F), 27 h 12'
13: Julian EINSENBEIS (Allemagne), 27 h 15'
14: Thomas BECARUD (F), 27 h 39'
15: Dominique SUCHET (F), 29 h 35'
16: Thorsten THEIMANN (Allemagne), 29 h 54'
17: laurent JEANMAIRE (F), 30 h 50'

Catégorie GRANDS RANDONNEURS:

1: Mark HAYCRAFT (G.B), 26 h 30'
2: Stephane RUEL (F), 27 h 11'
3: David COCKWELL (G.B), 27 h 12'
4: Alain MIRAMON (F), 27 h 20'
5: laurent KOSKAS (F), 28 h 05'
6: Laure RICO (F, 1ere Feminine), 28 h 56'
7: Hugues RICO (F), 28 h 56'
8: Michel MORIN (F), 31 h 11'
9: Dominique MYOTTE DUQUET( F), 33 h 20'
10: Matteo REPETTO (Italie), 33 h 22'
11: Anne HAYCRAFT (F), 33 h 28'
12: Ivano VINAI (Italie), 33 h 42'

Catégorie VELOS COUCHES:

1: Barbara BUATOIS (F), 29 h 46'
2: Jérome DELOGE (Belgique), 29 h 46'

joachim

Nombre de messages : 471
Age : 45
Localisation : Montaigu
Date d'inscription : 16/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://joachim.garreau@neur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis revenuuuu....

Message par joachim le Mer 3 Juin - 18:19

Voici le formidable récit du 3ème de l'épreuve:

" Re : ...RAID EXTRéME PROVENCE 2009...''LIVE'' par PASCAL BRIDE le 3/6/2009 13:52

Hello Joachim..........

Quelle aventure ce premier RPE .....Hein Joachim .........
C' est quand même un truc de '' ouf'' ces Raids extréme .... mais que de souvenirs fantastiques par la suite et de sensation hors normes ....

Je suis en train de raconter mon aventure perso sur le site du CCK , mais je profite de l' occasion ici sur vélo 101 pour dire un petit mot....

Alors , oui je suis peut être encore parti un peu vite .... bien que cette fois sur cette premiére ascension du jour , je m' appliquais à ne pas dépasser mon seuil Anaérobie !!!!!

Bon tu me diras quand tu part pour 600 km .. vaut mieux etre largement en dessous .... masi bon c' est le plaisir avant tout de la course et comme pour le REV avec RICO , sur ce RPE, je savais avec certitude que VENIER et ROUX étaient intouchable .

Leurs palmarés respectifs , leur talents naturel et leur jeunesse ne me laissais aucune chance de pouvoir faire mieux que de viser la troisiéme place ...que j' espérais quelque part ...

Bon aprés , c' est la course qui a décidé ..... et avec les autres candidats sérieux comme BRIAND..... Toi bien sûr .... plus tous ceux que je ne connaissais pas ;

je n' avais pas le choix d' imposer de suite un rythme solide pour voir ensuite la course de devant et pas de derriére ..... car c 'est dur pour la tête quand tu court aprés .......les copains

Le ventoux en 1H21 ...peut être même quelques secondes de moins ....( car j' ai pas regardé tout de suite au sommet le chrono tellement il y avais foule ) ..... avec le 43 PASCAL LACARIN ..... qui a trés vite disparu ..... ensuite .... et du coup je me suis retrouvé en tête de course .... un peu par surprise ........


En tous les cas ... ravi d' avoir fait ta connaissance ...
Dommage tu n' etais pas la le soir ..... on a pas pu partager quelques sensations de ce rpe ........
Si tu viens au REV .... on aura plus le temps .....

Ensuite ....... normal que les plus forts et les plus expérimentés passent devant ..........

J' ai eu le plaisir d' être au premiére loge pour la television autrichienne qui suivais FRANZ .........

Sacré équipe et assistance ... pour le champion .......

Franchement , quand tu est dans ce décor somptueux des derniers kilomêtres de la montée d' aiguines en plein milieu des gorges du verdon en fin de soirée .... et que dans un virage .. tu vois une caméra sur trépied posée sur la route ...... tu hallucine !!!!!!!

Tu sais le gag ....... c 'est que à ce moment la .... je me suis dis .... merde FRANZ est déja la .. derriére moi .... Il m' a dejé ''mangé'' l'avion Autricihien ....

Mais non .. je me retourne et suis tout seul encore ...... pas de girophare de son assistance ........ Putain .... j' ai mis encore une dent de mieux .... je suis passé comme une fusée !!!!

Un vieux Bridou du CCK alsacien ......en tête du RPE .........Petit plaisir perso et éphémére .... mais c ' est génial

Quand il m'a rattrapé aprés le pont du Soleil .......... avec son casque profilé de contre la montre et les 6 kg de son Simplon carbonne monté en LIGHWEIGHT ........ la CLASSE pour FRANZ ...... c' est un grand champion....

Un petit coucou de sa part .... et hop ....
A la sortie des gorges du verdon au PC ... je repart avec ROUX .
A signaler pour lui à ce moemnt la .... qu il roulais en court ... et que son assistance n' etais pas la ....... CHAPEAU pour Jean Pascal ... car il faisait pas chaud dans la descente de la corniche sublime !!!!

J' ai eu la chance de passer avant le Nuit ........incroyable spectacle pour les yeux ...

à partir du PC suivvant à valensole , j' avais perdu deja 5 minutes sur ROUX et mes ennuix d' estomac ne vont plus quitter pendant la nuît .......
Comme me l' a dis Hugues et d 'autres , peut être déshydratation mais sur le papier impossible tellement ,mon assisance faisait attention à ce truc la depuis le REV 2008 !!!!!!!!!

J' etais pas du tout en surrégime sur ces 300 premier km .... à part peut etre l' histoire du ventoux monté .... on va dire solide ... mais pas du tout dans le rouge .....

Sur une cyclo de 6 heures , .... sur que j' aurai encore gravi plus vite ce Ventoux !!!!

Peut etre une explication nouvelle pour moi , car mes douleurs etaient spéciales .... comme si j' avais l' estomac comprimé et dés que je voulais appuyer sur les jambes....... douleurs énormes dans le ventre §!!
Le comble . c ' est que les jambes etaient la .... sur tout le RPE ........ c' etais ok ..mais impossible d ' appuyer sans risque de '' VOMIR'' ou un point de douleur énorme ...!!!!!

Alors , je m' arrêtais sur le bas coté....... m' allongeais par terre pendant 1 2 MINUTES ....... masssage du ventre et je repartais ... et hop pendant 10km .... une fusée .. et hop ... meme topo !!!!
Ce manége de ''merde'' m' a cassé le moral pendant la nuit ... et les 50 minutes d' avance que j' avais à ce moment la sur mes poursuivant BRIAND et d' autres... ont fondues comme neige au soleil !!!!

J' ai perdu sur ROUX 1H15 entre les 2 pc SUIVANTS......... DURDUR ...
Le déclic QUI A TOUT arrêter ..... c 'est que au éniéme arrêt de ma part ... sur le bas coté de la route ... j' ai vu passer le dossard 45 LAURENT !!!!!!!

D' ailleurs sur le coup .... j' ai même pas compris que j' etais en train de perdre ma trosiéme place scractch ... car je l' ai pris pour un grand randonneur ......tellement j' etais sur que c' etais DOMINIQUE BRIAND qui etais derriére moi ..... car sur les controles précedents ... aucune trace de LAURENT !!!!!

Encore un GAG de plus .....mais la fallais que je trouve quelqeu chose pour arrêter ce mal de ventre ....et la j' ai fait le truc de ' ouf'' que tous les manuels de sport nutritionniste te dise que c' est de la '' merde'' ...!!!!!!

J' ai descendu le COCA COLA de ma voiture d' assisance et j' ai avaler 1 DOLIPRAN 1000 g à BLOC !!!!!!!
J'avais pu rien à perdre de plus ....

5minutes plus tard ;;;;;;; PLUS MAL au verntre .... tu le crois ce truc de ouf !!!!

Faut le vivre pour le croire ... un truc pareil ...
Du coup, mes jambes etant toujours la .. plus mon moral meilleurs par le fait que je n' avais plus de douleur ... j' ai fini à fond ...
au PC de la côte de st ANNE .... DOMINIQUE etais la ... à meme pas 5 minutes de moi .....
Je suis reparti vraiment super top ..... j' ai trés vite remonté LAURENT et son dossard 45 ........ ET FINALEMENT repris 25 minutes à Dom jusqu' à l' arrivée finale à ST remy.

Super content d' avoir ce résultat la .... un peu décu d' avoir pas pu faire mieux ........ mais VENIER et ROUX sont de toute façon beaucoup plsu fort que moi et même si cela m' aurais fait plaisir de pouvoir etre plus au contact de JEAN PASCAL ... sur la fin de course, ce RPE 2009 restera un grand moment sportif et humain .

C' est pas facile de faire 600 km ....au plus vite possible mais quel plaisir de croiser ,rencontrer , partager , discuter d' une passion commune à tous les participants ......... le VELO

AMITIES JOACHIM

Mes problémes seraient d' aprés d' autres reflexions que j' ai eu ...... une histoire d' aérophagie !!!!!!

Disons que j' avale beaucoup trop d' air dans l' effort quand je mange .... et comme je n' évacue pas bien cet air soit par rôt ... ou ....!!!!! L' air stagne dans l' estomac ... se comprime et tout s ' enchaîne ....

Peut e^tre n' est ce pas cela du tout ...... mais cela correspond assez bien à ce que j' ai ressenti sur le vélo..... et le coup du COCA et DOLIPRAN ... à eu comme effet de faire '' dégazer le vieuxbridou'' pour etre poli comme une locomotive du 16 éme siécle . .....

Bon ... pas facile la gestion d' une journée de vélo ....

Tellement de paramétres différents et complexes peuvent arriver sur une aventure longue ,que ma propre expérience personnelle est encore trop jeune et courte pour avoir une réponse à TOUT. "


Voir aussi son lien :

http://www.i-services.net/membres/forum/messages.php?uid=15020&sid=5744&idsujet=1366457&pgi=0

joachim

Nombre de messages : 471
Age : 45
Localisation : Montaigu
Date d'inscription : 16/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://joachim.garreau@neur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis revenuuuu....

Message par joachim le Jeu 4 Juin - 13:06



Peu avant le Mont Serein, je me fais passer par Dominique Briand dans un premier temps, il terminera 5 ou 6ème de l'épreuve, il prapare la traversée des USA d'est en Ouest en 10 jours (4500 km) C'est aussi une "course"
Puis suivis de près par JP Roux, futur 2ème de l'épreuve, recordman de montée du Ventoux en 24 heures (11)












... etc...

joachim

Nombre de messages : 471
Age : 45
Localisation : Montaigu
Date d'inscription : 16/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://joachim.garreau@neur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis revenuuuu....

Message par joachim le Lun 8 Juin - 15:26

Le Raid-Provence-Extrême du 6ème de l'épreuve:
http://crazygone.canalblog.com/archives/2009/06/07/13997759.html

joachim

Nombre de messages : 471
Age : 45
Localisation : Montaigu
Date d'inscription : 16/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://joachim.garreau@neur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis revenuuuu....

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum